Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/10/2013

Les radars rapportent de l’argent, les automobilistes en perdent

2924744-630-millions-d-euros-grace-aux-radars-en-2011-ou-va-l-argent.jpgLes vrais chiffres concernant les bénéfices engrangés par les radars, mais aussi les coûts de ceux-ci, viennent d’être publiés et autant dire que les sommes annoncées surprennent. Si l’on se doute depuis longtemps que les radars doivent rapporter beaucoup au gouvernement, des sommes aussi élevées sont toujours difficiles à appréhender pour tout un chacun. Les radars coûtent de l’argent, mais ils rapportent encore plus, et pas seulement à l’Etat. Les fabricants de GPS et d’assistants de conduite profitent aussi de la vache à lait du Gouvernement, bien que le secteur soit en pleine mutation.

Les radars, poule aux œufs d’or du Gouvernement

800 millions d’euros, c’est la somme que devraient rapporter les radars au Gouvernement de Jean-Marc Ayrault à la fin de l’année 2013, selon Le Parisien. Ils fêtent cette année leur 10 ans et rapporteront déjà 6,4% de plus cette année qu’en 2012 et probablement 70 millions d’euros supplémentaires l’année prochaine. S’il est possible de voir cela comme un bienfait pour le Gouvernement, dont la dette grandit chaque jour, il est plus intéressant de considérer les pertes pour les automobilistes représentées par ces chiffres.  

Ces derniers perdent de plus en plus d’argent sur les routes du pays, d’autant qu’ils participent également, par les impôts, au paiement des installations et réparations de leurs bourreaux. Les radars ont un coût, et pas des moindres. Il atteint 220 millions d’euros en 2013. Une somme en hausse chaque année et dont l’augmentation comprend pour 2013 la remise en état des radars (24,3 millions d’euros), la maintenance et la location de véhicules banalisés (1,7 million d’euros), la suppression des panneaux d’alerte radar et leur remplacement par des radars « pédagogiques » (3,23 millions d’euros) et enfin, le déploiement de nouveaux radars « vitesse moyenne » sur 45 sites en 2014 (360 000 euros).

Les GPS tirent leur épingle du jeu, mais ralentissent

Face à tant d’efficacité de la part des radars, les automobilistes n’ont d’autres choix que de s’équiper pour tenter de sauver le peu qu’il leur reste et la solution la plus souvent choisie est le GPS avec avertisseur de radars, un service désormais présent chez presque toutes les marques.

Cependant, si en 2006, 4,3 millions d’unités étaient vendues en Europe, aujourd’hui, le marché des assistants de conduite ralentit et enregistre un recul des ventes en France de quasiment 20% selon le cabinet GSK. Garmin, ancien grand nom du secteur, a vu son chiffre d’affaires reculer de 16% tandis que son principal concurrent TomTom, prévoit une diminution de 50% de ses bénéfices en 2013.

Les services connectés sont devenus en quelques années un relai de croissance important pour le secteur. Certaines marques l’ont bien compris à l’instar de Munic, nouvel arrivant, qui propose les services de la communauté d’automobilistes connectés la plus grande d’Europe, Camsam. TomTom de son côté tente de rebondir et de concurrencer les Smartphones et leurs applications en se lançant dans la montre sportive GPS, « une niche en forte croissance » selon Marc Zwartsenburg, analyste chez ING.

Les automobilistes se retrouvent aujourd’hui entourés de toutes sortes d’appareils pour parer des dangers que représentent les radars pour leurs portemonnaies. Reste que les effets sur les bénéfices engrangés par ces derniers sont moindres. Les entreprises privées, tout comme le Gouvernement, gagnent de l’argent, et le consommateur se retrouve une nouvelle fois sur le bas côté.